Imaginez un monde dans lequel les ordinateurs sont réservés à une poignée de passionnés. Les seuls ordinateurs disponibles sont compliqués et s’utilisent avec des commandes complexes, n’ont pas de souris et ne savent émettre aucun autre son que « bip bip ». Ce monde, c’est celui auquel Steve Jobs présente le Macintosh en 1984. Cette présentation reste une de mes préférées de tous les temps.

Steve Jobs présente le Macintosh (lien Youtube).

Steve Jobs présente le Macintosh

À l’époque le Macintosh était beaucoup trop cher, et je n’y avais pas accès. Ma seule chance d’approcher la machine s’était terminée abruptement au bout de 30 secondes, après m’être fait viré du stand Apple par le commercial qui devait considérer qu’un gamin de 14 ans n’avait rien à faire dans son univers ; le fait que ma première action fut de jeter la disquette à la poubelle n’avait pas dû aider ma cause. Cela n’avait pas diminué mon enthousiasme pour le Macintosh ; j’avais passé des heures à recréer la police Chicago du Macintosh à partir de rares brochures publicitaires ! D’abord sur papier, puis sur mon Apple II. Plus tard je suivis via la presse Mac spécialisée l’aventure NeXT de Steve Jobs, mais sans jamais pouvoir mettre la main sur une de ces mythiques machines.

Voici une deuxième vidéo, datant de 1998, où Steve Jobs présente l’iMac peu après son retour chez Apple. Sa présentation n’est pas parfaite ; on sent qu’il est plus nerveux que d’habitude, il parle trop vite, et ses slides ont encore un look rudimentaire ; ben oui, il était toujours sur PowerPoint car Keynote n’avait pas encore été inventé. Mais il trouvait toujours ces phrases qui font mouche : « l’arrière de l’iMac est plus beau que l’avant de nos compétiteurs ! ». Intéressant de voir qu’à l’époque il portait encore un costume sur scène.

Steve Jobs présente l’iMac (lien Youtube).

Steve Jobs présente l'iMac

Ce dont peu de gens se souviennent, c’est que l’iMac n’allait pas sauver Apple, mais seulement lui faire gagner du temps. Deux ou trois ans après son le retour de Steve Jobs les ventes de Mac étaient au plus bas et les résultats d’Apple s’enfonçaient de nouveau dans le rouge. Ce n’est qu’après le (lent) succès de l’iPod qu’Apple renoua avec la croissance.