Pierre Morsa

Pierre Morsa | Présenter en public et GTD

Nouvelles

Cet article d’Ars Technica donne le tournis. Le gouvernement français a donc décidé d’obliger Google à publier à nouveau les extraits d’articles des journaux français (j’ignore si cela s’applique uniquement à Google News ou à tous les résultats). Extraits qui, je le rappelle, étaient tellement courts qu’il fallait de toute façon aller sur le site du journal pour réellement lire l’article. Mais ce n’est pas ça le plus délirant. Ils ont également décidé d’obliger Google à payer pour le faire… Je répète tellement c’est gros et aberrant.

Lire la suite

Dans la partie I, nous avons abordé l’arrangement d’un bureau improvisé et que Sun Tzu ne servait pas à grand-chose en confinement. Dans la partie II, nous avons découvert que le mindset était l’élément le plus important pour réussir en télétravail, et que Miyamoto Musashi n’était pas une flèche. Nous arrivons donc maintenant à la partie IV. Et aujourd’hui, nous aborder un sujet essentiel, un sujet qui fâche : l’effet juste un doigt.

Lire la suite

J’interromps ma série d’articles débiles pour en écrire un sérieux. Enfin, sérieux, pas trop, parce que sinon on finit par croire tout ce qu’on écrit. Il faut s’habituer à vivre avec le risque du virus dès maintenant. La situation actuelle ne va pas durer. La situation actuelle ne peut pas durer. C’est tout simplement impossible. Impossible de rester enfermé trop longtemps. Impossible d’éliminer le virus. Impossible d’avoir des centaines de millions de chômeurs en plus.

Lire la suite

Il y a quelques temps j’ai réalisé cette série de kakemonos sur les femmes qui ont changé le monde. Chaque image est libre de droits et je mets les versions haute résolution à disposition. Vous pouvez les utiliser comme vous voulez. Le format d’impression recommandé est de 80 cm x 200 cm, l’espace colorimétrique pour impression est FOGRA 39 et chaque image inclut un fond perdu d’1 mm sur chaque côté.

Lire la suite

Le gouvernement lance régulièrement des initiatives pour former les jeunes aux métiers de demain. C’est bien, mais l’éducation ne résoudra pas le problème français de compétitivité dans le secteur des hautes technologies. Pourquoi ? Voici mon point de vue. Tout d’abord, ce n’est pas en enseignant trois lignes de code à des étudiants d’école de commerce qu’on fera l’avenir du pays. Ben non, parce que la programmation, en grande école, c’est comme la flûte au collège : (1) on l’enseigne, mais ça a peu de poids dans la note finale et (2) c’est vraiment emmerdant parce qu’impossible de masquer son niveau réel derrière du par cœur.

Lire la suite