Lifehacks

7 ans avec la disposition clavier BÉPO

Connaissez-vous le BÉPO ? C’est une disposition de clavier optimisée pour le français proposée comme alternative au bon vieux AZERTY. Voilà à quoi ressemble la disposition des touches sur un clavier BÉPO (image appartenant à https://bepo.fr) : J’ai découvert le BÉPO il y a environ 7 ans. À l’époque j’avais des douleurs dans les articulations des mains à force d’utiliser des souris et des claviers d’ordinateurs tous les jours. Aujourd’hui je tape encore du texte tous les jours, mais je n’ai plus de douleurs.

Nomade digital, étape 2 : être efficace en télétravail

Suite de mes réflexions en tant que nomade digital. Vous pouvez trouver les autres articles sur le sujet ici et ici. Finalement être nomade digital, c’est simplement être un télétravailleur à temps plein. Beaucoup de personnes qui rêvent du télétravail sans en avoir fait l’expérience s’imaginent que c’est la liberté absolue. Elles ont raison. Et c’est bien là le problème. Car « en situation de liberté absolue l’activité prioritaire est l’activité qu’on a envie de faire.

Nomade digital, étape 1

Après avoir réfléchi à l’idée du nomade digital, j’en suis venu à une conclusion simple : que voyager autour du monde soit réaliste ou non, j’ai envie que mon mode de travail soit celui d’un nomade digital, même si je ne bouge pas de chez moi. Je n’aime pas beaucoup Paris, et le bénéfice d’aller moins souvent dans cette ville me suffit pour vouloir me lancer dans l’aventure. Et puis je suis déjà semi-nomade.

Devenir nomade digital

C’est les vacances et je sors d’une séance de nage dans l’Océan Atlantique. J’habite à 2 minutes de la mer, mais l’océan a une beauté et une force d’attraction uniques. Et est-ce la fraîcheur de l’eau, le bruit des vagues ou autre chose ? - une pensée me vient tout à coup à l’esprit. Dois-je vraiment être à un endroit précis pour travailler ? Que se passerait-il si je décidais de devenir un « nomade digital » ?

Transformer un cahier Moleskine en outil GTD

Note : c’est un vieux billet que je repose à la demande d’un internaute qui souhaitait en savoir un peu plus sur la façon dont j’avais adapté la méthodologie GTD pour un carnet Moleskine. Malheureusement j’ai perdu les photos que j’avais prises à l’époque ; j’essaierai d’en reprendre des nouvelles lorsque j’aurai un peu de temps. Cette semaine, nous nous attaquons à un outil allégé à 0% en matières technologiques grasses.