Présenter en public

Vous avez déjà peut-être assisté à un événement TEDx. Vous pouvez avoir l’impression que tout se passe toujours comme prévu. Mais ce n’est pas vraiment le cas. Ce n’est même jamais le cas. Voici les sept lois de Murphy d’une soirée TEDx, liste forcément incomplète et biaisée par mon point de vue de coach. Première loi : la scène ne sera pas prête avant le début des répétitions du jour J.

Quelle est la différence entre un mauvais slide et un sac poubelle ? Réponse : y en a pas. On les remplit au maximum, et quand ils sont pleins on écrase tout pour les remplir encore plus. Bon, il n’y a pas que les consultants qui ont ce travers. J’ai mis ça juste pour avoir plus de clics. Ce qui est intéressant, c’est de se demander pourquoi. Quelle est l’origine de ce réflexe quasi reptilien qui nous pousse à remplir les slides au maximum ?

La semaine dernière mon épouse était à la conférence LEGO Serious Play, au Danemark, et elle m’a raconté cette petite anecdote. Elle est en train d’assister à une série de présentations, et vient le moment où une française prend la parole. En anglais, car bizarrement les autres pays ne parlent pas le français. Et là, elle prononce LE mot. « Focus » Et la salle éclate de rire. Elle, ne comprend pas vraiment pourquoi, et continue comme si de rien était.

Tout le monde n’a pas la voix de Luciano Pavarotti. Peut-être avez-vous une voix douce, plus discrète, voire « effacée ». Du coup, vous pouvez avoir du mal à vous faire entendre sur scène, surtout si d’autres intervenants sont présents. Si c’est le cas, voici quelques conseils pour vous sentir à l’aise. Tout d’abord, utilisez un micro. Il n’y a pas de mystère. Si le volume de votre voix n’est pas suffisant pour être entendu par tout le public, le plus simple pour parler confortablement sans avoir l’impression de forcer est d’utiliser un micro.

Si vous avez déjà organisé une conférence TEDx, vous avez peut-être dû faire face à cette situation. Un intervenant refuse de se préparer, en invoquant diverses raisons : il a l’habitude de parler en public, pas le temps, piscine… Que faire dans cette situation ? Comment réagir ? Faut-il faire confiance à l’intervenant et accepter qu’il ne se prépare pas ? D’après mon expérience, non. Lorsqu’un intervenant refuse de se préparer, consciemment ou inconsciemment, c’est un drapeau rouge.