présenter-en-public

Un des points que nous expliquons souvent aux Startups est qu’elles doivent expliquer la « Magie » de leur solution. La magie, c’est l’ingrédient secret qui fait qu’une solution est meilleure que les solutions concurrentes ; c’est la raison pour laquelle les utilisateurs voudront acheter un produit plutôt que celui d’une autre société. Cependant la magie est intangible, et parfois les Startups restent bloquées sur des idées de « magie » bien trop techniques ou alambiquées.

Présent sur un événement la semaine dernière, je vais voir comme à mon habitude la personne en charge de la projection des présentations pour m’assurer qu’il a bien tout et qu’il n’a pas de question. En discutant cinq avec lui, à un moment il me dit : « Il y avait des animations compliquées, j’ai retiré toutes les durées prédéfinies, de toutes façons ça ne marche jamais ». Gros blanc. Les intervenants s’étaient soigneusement préparés pour se caler sur un timing précis.

« Ta présentation doit faire plus storytelling, il faut que tu ajoutes une histoire personnelle ! » Pour diverses raisons de nombreuses personnes assimilent aujourd’hui le storytelling au fait de raconter des anecdotes personnelles. Vous savez, du genre « j’étais en train d’éplucher les légumes lorsque tout à coup une idée me traversa l’esprit… » Pourtant le storytelling, ce n’est pas ça. En tout cas, ce n’est pas QUE ça.

Les slides de Steve Jobs… en 1997. Steve Jobs est connu pour ses slides épurés et n’affichant que l’essentiel. C’est fou comme on peut oublier que ce n’a pas toujours été le cas. Pour preuve ces exemples de slides ressortis de la WWDC de 1997. Il faut cependant remarquer que Steve Jobs venait juste de revenir chez Apple, et que Gil Amelio était toujours aux commandes ; Steve Jobs n’avait certainement pas choisi lui-même ce style de diapositives.

Notre cerveau intègre l’information par deux chemins. Le premier chemin est celui de la réflexion ; si on nous dit quelque chose nous mettons en route tout un processus de réflexion pour vérifier si ce qui est dit est correct ou non. Le deuxième chemin est celui de l’instinct. Si quelqu’un nous donne un coup de poing nous allons réagir instantanément pour nous protéger. Le chemin de la réflexion est celui à prendre pour tout ce qui est réflexion et prise de décision complexe.