Opinions

… et très probablement se faire botter le cul. Une association (de personnes, d’entreprises…) ne donne pas automatiquement un meilleur résultat. Pour cela, il faut que l’association : crée une valeur qui n’est pas disponible séparément, ce qui n’est pas le cas ici. Ce n’est que l’addition des offres des trois chaînes. apporte une différenciation forte par rapport à la concurrence. Le simple fait d’avoir une seule plateforme (dont la qualité n’est pas encore connue) n’est pas un argument différenciateur suffisant.

Le problème, c’est qu’un client roi a le pouvoir. Il a le pouvoir de faire réussir… ou de détruire une entreprise. Prenons l’exemple de l’iPhone. Si Apple avait écouté le client, ils auraient laissé la prise casque. Ils auraient mis une batterie qui tient 1 mois. Ils auraient laissé les utilisateurs installer ce qu’ils voulaient en dehors de l’App Store. Ils auraient laissé de larges bordures autour de l’écran. Ils auraient ajouté un lecteur de carte mémoire.

Quelle est la différence entre un mauvais slide et un sac poubelle ? Réponse : y en a pas. On les remplit au maximum, et quand ils sont pleins on écrase tout pour les remplir encore plus. Bon, il n’y a pas que les consultants qui ont ce travers. J’ai mis ça juste pour avoir plus de clics. Ce qui est intéressant, c’est de se demander pourquoi. Quelle est l’origine de ce réflexe quasi reptilien qui nous pousse à remplir les slides au maximum ?

Il ne se passe pas une semaine sans que l’on ne découvre1 dans la presse un nouveau régime qui nous promet longue vie et prospérité. Ces régimes ont toujours les mêmes caractéristiques. Ils font des promesses incroyables. Ils se basent sur des explications scientifiques assez ténues et souvent contradictoires ou prises hors contexte. Ils excluent certains groupes d’aliments qui sont vus comme les philistins de la bouffe. Et ils sont défendus par une communauté à la ferveur quasi religieuse.

Certaines personnes ont une peur bleue des araignées. Dès qu’elles voient une araignée, il faut immédiatement la tuer d’une manière ou d’une autre. Plus rien d’autre n’existe. L’araignée est le problème qu’il faut éradiquer. Le problème est bien réel : un être vivant est en danger de mort. Cet être vivant, c’est l’araignée qui va se faire écraser. La peur de l’araignée fait partie de ces peurs instinctives que nous avons en nous.