La volonté n’est pas infinie, certainement pas la mienne. Comme tout le monde, j’ai parfois envie de surfer ou de faire des trucs pas productifs alors que j’ai du travail. Heureusement, différents développeurs ont pensé à nous. La solution que j’utilise s’appelle Cold Turkey Blocker.

Cold Turkey Blocker permet de définir des listes noires de sites web et d’applications. La fonction sites est compatible avec Firefox, Safari et Chrome. Dans mon cas, j’ai défini deux listes. Procrastination contient les sites généraux non essentiels, comme gizmodo.fr. La liste Low Focus Work contient les sites et applications de travail peu productifs, comme Slack et linkedin.com.

Cold Turkey Blocker D

Imaginons que vous ayez mis gizmodo.fr sur la liste procrastination. Si vous essayez de visiter ce site, vous allez recevoir un message pour vous motiver au lieu des âneries que vous auriez pu lire sur gizomdo.fr, protégeant ainsi l’intégrité structurelle de votre cerveau.

Cold Turkey Blocker A

Il existe différents moyens pour activer les listes noires. Le premier est de définir une durée par jour pendant laquelle vous pouvez aller visiter gizmodo.fr (pourquoi vous voudriez faire ça me dépasse, mais bon). Lorsque cette durée est écoulée, les sites de la liste sont bloqués.

Cold Turkey Blocker B

Le deuxième moyen, celui que j’utilise, est de définir un calendrier hebdomadaire avec des plages horaires. Les sites et applications sont bloqués lors des créneaux définis.

Cold Turkey Blocker C

Il existe encore quelques possibilités, comme la possibilité de définir des pauses pendant les plages horaires (par exemple, autoriser de surfer sur les sites dix minutes toutes les heures). Cette solution est la plus complète que j’aie pu trouver jusqu’à présent, et surtout, une fois une liste noire activée, (presque) impossible de tricher. Vous êtes obligé d’attendre la fin du temps défini pour pouvoir modifier la liste noire ou désactiver le blocage.

Quelques problèmes viennent tempérer mon enthousiasme pour cette solution. Le premier, c’est l’interface, qui ressemble plus à une app Electron qu’à une app native macOS, et ce n’est pas un compliment. Le deuxième problème, c’est que l’app est visiblement sujette à une fuite mémoire (memory leak), car sa taille grossit, grossit, grossit démesurément au fil du temps. Enfin, dernier problème, c’est que pour un utilisateur de Mac confirmé, il existe des moyens de contourner Cold Turkey Blocker.

Malgré tout, si vous êtes du genre à procrastiner, Cold Turkey peut vous aider à vous concentrer, ou au moins à diminuer les distractions.

P.S. Je rappelle que rien n’est sponsorisé ici. J’ai acheté toutes les applications dont je parle.

Je ne sais pas pourquoi, les gens ont tendance à séparer esprit logique et esprit créatif. On associe l’esprit logique à la rationalité, au cartésien, et on lui oppose l’esprit créatif, qui serait libre de tout ce carcan logique. Pourtant, à mon avis, c’est complètement faux. L’un ne peut exister sans l’autre.

Prenez tous les grands mouvements artistiques, symbole de la créativité par excellence. Quel que soit le domaine artistique, musique, peinture, photo, architecture, design, danse, tous s’appuyent sur des systèmes logiques qui les définissent. Ces systèmes sont parfois évidents, comme dans le pointillisme et l’Oulipo, parfois plus flous, mais ils sont toujours présents. Sans ces systèmes de règles, ces mouvements artistiques n’auraient aucune direction, aucun contour, autrement dit ils seraient inexistants. La créativité dans l’art ne peut s’exprimer pleinement qu’à travers un système logique.

Et le jeu ? Jeu de société, jeu de ballon, jeu de hasard, aucun d’eux ne peut exister sans système logique défini par des règles. Ce sont les règles qui lui permettent d’exister et aux joueurs d’y exprimer leur créativité.

Les LEGO démontrent également l’importance d’avoir un système logique pour laisser exploser sa créativité. C’est la parfaite logique du système, poussée à l’extrême, qui permet à un si grand nombre de personnes d’accéder à la créativité.

Et les scientifiques ? Einstein lui-même n’a eu de cesse de répéter que la recherche scientifique demandait une grande créativité pour trouver des solutions originales aux problèmes non résolus. Même les mathématiques, summum de la logique, demandent une énorme créativité pour démontrer la véracité ou non d’un énoncé.

Et enfin, la programmation. Demandez aux meilleurs programmeurs. Tous vous diront que la créativité est essentielle pour bien programmer.

Aucun champ ne peut progresser sans créativité, et aucun ne peut exister sans système logique.

Vous connaissez probablement l’histoire de la chèvre de M. Seguin. Attachée à un piquet, la chèvre ne rêve que de s’évader dans la montagne, pour goûter l’air de la liberté et savourer l’herbe sauvage. Monsieur Seguin a beau lui dire qu’elle va se faire dévorer par le loup, rien n’y fait. L’idée est trop tentante, et la chèvre finit par s’échapper. Elle profite pleinement de la liberté, mais une fois la nuit venue, le loup arrive. Malgré une résistance héroïque, elle finit par se faire dévorer au petit matin.

Si vous voulez quitter votre entreprise pour devenir entrepreneur, le loup vous attend dans la montagne que vous avez à gravir, déguisé en mère-grand pour mieux vous tromper. Les personnes qui se lancent dans l’entrepreneuriat uniquement pour la liberté sont des chèvres qui finissent par se faire manger.

Nous sommes le meilleur exemple de l’obsolescence programmée. La vie l’a inscrite dans nos gènes. Sans elle, nous en serions restés à l’état d’êtres unicellulaires. La nature a eu la sagesse de nous doter d’une espérance de vie limitée. Il y a cependant au moins deux différences entre l’obsolescence programmée naturelle, et l’obsolescence programmée artificielle :

  • L’obsolescence programmée naturelle ne fait pas tomber en rade un objet qui fonctionne très bien. Pas de cartouche d’encre qui refuse de fonctionner parce que la pseudo date limite est atteinte. Au contraire, l’obsolescence programmée naturelle n’a pour but que d’améliorer l’être vivant.
  • L’obsolescence programmée naturelle assure un recyclage à 100 % des composants utilisés.

Ces points sont essentiels. Il est inacceptable d’avoir un objet qui n’a pas atteint son espérance de vie réelle tomber en panne à cause d’une obsolescence programmée artificielle. Et nous devons pousser pour que tout objet puisse être recyclé à 100 %.

« Fais-le ou ne le fais pas, il n’y a pas d’essai ». — Yoda

C’est ce que dit Yoda à Luke lorsqu’il essaie d’utiliser ses pouvoirs Jedi pour soulever son vaisseau. Désolé, mais Yoda a tout faux. Pour progresser, il faut oser essayer. Il faut oser échouer. Dix, cent, mille fois. Si on suit le conseil de Yoda, cela veut dire que l’on doit être capable de passer du niveau ballon de plage au niveau Zinedine Zidane sans essayer. Bon courage.

Un essai réussi, c’est se donner à fond sans se préoccuper du résultat immédiat. C’est un essai qui nous apprend quelque chose. C’est le meilleur moyen de progresser. Ce qu’il n’y a pas, c’est d’essai sans engagement, car ce type d’essai n’est qu’une répétition de ce que l’on sait déjà faire, et il ne nous apprend rien.