Mise à jour du 2018-03-31 : à priori macOS High Sierra 10.13.4 (c’est le .4 qui est important) règle le problème. Pour vérifier quelle est votre version de macOS, il faut aller dans le menu Pomme → À propos de ce Mac…

J’utilise de temps en temps Apple Motion, lorsque je dois réaliser des animations qui dépassent les capacités de PowerPoint. Un de mes plug-ins préférés est Yanobox Nodes 2. Mais la semaine dernière j’ai été confronté à un message d’erreur que je n’avais jamais eu lorsque j’ai essayé d’insérer le plug-in dans Motion : « Plugin: Failed To Render ».

Plugin Nodes 2 Failed To Render

La couleur de l’écran d’erreur étant particulièrement moche, pire encore que le bleu Windows, il fallait que je trouve une solution.

Après vérification tous mes plug-ins externes étaient affectés par ce problème, que ce soit dans Apple Motion ou Final Cut Pro X. J’ai contacté le support de Yanobox et FX Factory, et ceux-ci m’ont donné la solution : il s’agit d’un bug introduit par High Sierra sur certains MacBook Pro. Lorsqu’on utilise l’ordinateur avec un écran externe et que l’écran du MacBook Pro est fermé (le mode « palourde » lorsque l’ordi est fermé comme un coquillage), certaines ressources nécessaires ne sont pas mises à disposition par macOS.

La solution en attendant qu’Apple corrige le problème ? Ne pas utiliser le MacBook Pro en mode « clamshell » : ouvrir l’écran du MacBook Pro, quitter et redémarrer Apple Motion ou Final Cut Pro X. Le problème devrait être résolu.

Vous avez peut-être entendu parler de l’incident survenu à TEDxBrussels 2018. Un des organisateurs a expulsé une intervenante de la scène par la force parce que son contenu le dérangeait. TED a réagi en publiant un communiqué officiel sur son blog et en révoquant la licence TEDx de cet organisateur. Est-ce que cet intervenant aurait dû être invité par TEDxBrussels ? Probablement pas. Mais malgré le processus de sélection tous les organisateurs de conférence TEDx s’exposent au risque qu’un intervenant parte complètement en live. Pas la peine de se dire « oh non moi j’ai pris mes précautions ça ne peut pas m’arriver ». Ça peut arriver à n’importe qui. D’où ma question.

Que faire si un intervenant dérape complètement sur scène ?

Dans le feu de l’action, comment réagir ? Prenons un cas plus compliqué que celui de TEDxBrussels. Imaginez que vous invitiez quelqu’un connu pour créer la polémique et que tout d’un coup, sans crier gare, il commence à faire l’apologie du terrorisme sur scène. Vous le laissez parler, en vous exposant ainsi à des poursuites judiciaires ? Vous essayez de l’interrompre poliment, en sachant qu’il y a de fortes chances que vous passiez pour une mauviette incapable de contrôler son évènement ? Ou vous craquez et vous l’expulsez de force de la scène, quitte à voir votre licence TEDx révoquée ? Eh oui, prendre la bonne décision est bien plus difficile qu’il n’y paraît.

Il n’y a pas UNE bonne décision. Ce serait bien trop facile. Une fois la catastrophe déclenchée, il faut entrer en mode gestion de crise. Si le contenu me paraît totalement inacceptable et est clairement à l’opposé de ce qui a été convenu, je n’hésiterais pas à faire couper le micro et à demander fermement à l’intervenant de quitter la scène, mais sans violence physique. S’il refuse alors cela devient le rôle du service de sécurité ou de la police. Dans les autres cas, si l’intervenant défend un point de vue dérangeant mais compatible avec la liberté d’expression, je le laisserais terminer, mais en expliquant après son intervention que les idées présentées représentent le point de vue de l’intervenant, pas les miennes.

Je finirai cette réflexion en rappelant que le but de TEDx n’est pas de défendre la liberté d’expression. C’est impossible. En réalité aucun d’entre nous n’accepte la « vraie » liberté d’expression, la liberté d’expression totale. Nous défendons tous uniquement une forme de « liberté d’expression censurée », celle qui est compatible notre vision du monde, nos valeurs, notre Ego. Le vrai but de TEDx est de donner la possibilité au public de découvrir des intervenants passionnants qui ont un impact positif sur le monde.

Vous vous souvenez peut-être du truc que je donnais dans un ancien billet pour extraire les images, les photos et les vidéos d’un fichier PowerPoint ? Et bien si vous possédez un Mac vous avez de la chance : j’ai écrit un script AppleScript pour automatiser la tâche. Si vous êtes sur Windows, vous pouvez toujours utiliser la technique manuelle.

Si vous vous intéressez à AppleScript, j’ai beaucoup commenté le code pour vous aider à comprendre comment le script fonctionne. J’aurais pu le fournir sous forme de miniapplication, mais comme je ne suis pas enregistré comme développeur chez Apple je pense que GeteKeeper va en bloquer l’exécution. Et puis je vous déconseille d’exécuter des applications trouvées sur n’importe quel blog, par exemple le mien.

Même vous n’avez pas d’expérience avec AppleScript, ce n’est pas compliqué :

  • Téléchargez le script en cliquant ici.
  • Ouvrez le script dans l’éditeur de script en double-cliquant dessus.
  • Appuyez sur le bouton « Run » (désolé je ne connais pas son nom en français, mais c’est le gros bouton avec une flèche).
  • Une boîte de dialogue apparaît et vous demande de sélectionner la présentation dont vous voulez extraire le contenu media.
  • Une fois la présentation sélectionnée, les fichiers sont extraits et un dossier nommé « ppt » doit apparaître au même endroit que la présentation originale. À l’intérieur se trouve un dossier media qui contient toutes les images, photos et vidéos de la présentation PowerPoint. C’est magique !

Vous pouvez très bien transformer le script en application vous-même. Pour cela, il suffit de le sauvegarder de la manière suivante :

  • Sélectionnez le menu Fichier → Exporter…
  • Dans le format de fichier, sélectionnez Application
  • Cliquez sur « Sauvegarder ». Et voilà, le script est devenu une application à part entière !

Extract Media From PowerPoint Export

Désormais il suffit de glisser-déposer la présentation PowerPoint sur l’icône de l’application pour lancer l’extraction, ou de double-cliquer sur l’application pour la lancer comme pour n’importe quelle autre.

Si vous avez regardé le débat entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, vous vous souvenez sûrement de la fin, quand Marine Le Pen part dans une sorte de délire sarcastique où elle adopte une stratégie (?) qui consiste à essayer de ridiculiser les propos de son opposant. « Ils sont là… dans les campagnes… »

Ça n’a pas fonctionné. Mais alors pas du tout. Pourquoi ?

Parce qu’en étant sarcastique, on cesse de se comporter en adulte responsable. On évite le problème en se moquant. On n’apporte rien de constructif. On montre que sous la pression on est incapable de se comporter autrement que comme un enfant capricieux. Autrement dit, on perd automatiquement sa posture de candidat présidentiable. Le sarcasme peut être mordant, drôle, cynique, effrayant ou effarant, mais il n’est jamais constructif.

Plus généralement une des techniques utilisées lors des débats est de se positionner comme étant l’adulte (responsable) face à un enfant (irresponsable). C’est ce qu’a parfaitement illustré la phrase restée célèbre de Mitterrand à Giscard d’Estaing : « Je ne suis pas votre élève, vous n’êtes pas mon professeur ! » Par cette phrase il affirmait son indépendance et son statut d’adulte responsable. Phrase pas du tout improvisée, mais soigneusement préparée par ses équipes de communication.

Le sarcasme peut être efficace dans certaines circonstances, lorsqu’on est humoriste par exemple, mais il est très risqué de l’utiliser lors d’un débat. S’il est utilisé, il doit l’être très ponctuellement, et il faut immédiatement rebondir dans une posture d’adulte sous peine de se discréditer soi-même.

Depuis toujours pour sortir du mode présentateur de PowerPoint, aussi bien sur Mac que sur PC, on utilisait la touche « Esc ». À priori Microsoft a dû penser que c’était trop simple, et en tout cas chez moi ça ne fonctionne plus dans toutes les présentations ! Incrédule j’ai d’abord cru que la touche esc de mon clavier avait un problème, mais non. Après quelques recherches il s’avère que pour quitter le mode présentateur il me faut désormais appuyer sur la touche « - » (signe moins).

Ce choix ergonomique est complètement con. S’il vous plaît Microsoft, remettez la touche « Esc » pour quitter un diaporama.