Pierre Morsa

Pierre Morsa | Présenter en public et GTD

Philosophie de blog

Cette semaine, je n’ai pas envie de parler de l’autre zozo et de son acquisition de Twitter (ou non-acquisition, personne ne sait vraiment très bien, même pas lui). Pas non plus envie de parler de politique et des élections législatives. Pas non plus envie de parler de Mac. Alors je partage avec vous une photo du lilas au fond de mon jardin, qui n’a jamais été aussi fleuri et aussi beau.

Lire la suite

Vous le savez probablement déjà, Elon Musk a acheté le réseau social Twitter pour « y rétablir la liberté d’expression ». Mon problème, c’est qu’Elon Musk ne défend pas la liberté d’expression, il défend la prise de contrôle de fait de Twitter par la kakistocratie. La kakistocratie, c’est le pouvoir donné aux pires personnes, celles qui n’ont aucun scrupule ni aucune morale. Pour comprendre cela, il faut bien comprendre la distinction entre le concept de « liberté d’expression » et celui de « liberté d’expression absolue » défendu par Musk.

Lire la suite

« Ni Le Pen ni Macron » implique qu’il y aurait un troisième choix. Mais ce troisième choix est purement fantasmé. À l’issue du deuxième tour de l’élection présidentielle, les Français n’auront pas Tartempion comme président. Ils auront Macron ou Le Pen. Ils auront un président qu’ils aiment ou qu’ils n’aiment pas, ou ils auront l’héritière du parti créé par d’anciens collaborateurs et qui prône la haine de l’autre. Ce n’est pas le choix entre la peste et le choléra.

Lire la suite

La semaine dernière, Elon Musk a acheté un peu moins de 10 % des actions de Twitter et a été nommé à son conseil d’administration. Musk a déjà déclaré sa volonté de faire respecter la liberté d’expression sur la plateforme. Bien entendu, lorsqu’il parle de liberté d’expression, il ne voit que « sa » version : celle où il laisse Trump raconter les mensonges qu’il veut ou celle où il peut traiter de pédophile toute personne qui le critique.

Lire la suite

Avant de créer ma propre entreprise, j’ai été consultant pendant presque 13 ans, pour des cabinets très connus. Je connais donc bien le monde du conseil. La raison pour laquelle j’ai envie de revenir sur la polémique actuelle autour de l’utilisation du conseil par l’État, ce n’est pas pour dire que le conseil c’est bien ou mal. C’est parce qu’elle illustre parfaitement à quel point les opinions manquent de recul et de nuance.

Lire la suite