Pierre Morsa

Pierre Morsa | Présenter en public et GTD

Philosophie de blog

Il y a environ un an et demi, j’avais écrit cet article intitulé « les robots Asimoviens sont parmi nous ». J’y expliquais que les premiers robots qui obéissaient aux lois de la robotique d’Asimov étaient les véhicules autonomes : voitures, camions, etc. J’avais aussi dit que contrairement aux prédictions reprises par de nombreux médias, il n’y aurait pas des millions de robotaxis sur nos routes en 2020. Au moins sur ce point, j’avais raison.

Lire la suite

Bébert entre au café du coin. Là il rencontre Raoul, son grand pote avec qui il a l’habitude de discuter politique. Bébert et Raoul, c’est des patriotes, des vrais, de ceux qui votent Rassemblement National, aiment péter la gueule aux bougnoules lorsqu’ils sont à 10 contre 1 et rigolent bien grassement de leurs blagues racistes. T’as vu les vingt généraux qui ont fait un truc pour l’honneur ? Putain, mon vieux, ça c’est la France.

Lire la suite

Quand j'étais jeune, il y a bien, bien longtemps, les télévisions étaient loin des écrans plats actuels. C'était des boîtes énormes, pesant très, très lourd, et très profondes, car il fallait de la place pour le tube cathodique. À l'époque, j’avais eu une discussion passionnée sur un article qui expliquait que les écrans de télévision allaient devenir plats. Certain de mon intelligence et de ma clairvoyance, j’avais soutenu que c'était impossible, car les tubes cathodiques ne pourraient jamais être plats.

Lire la suite

Un jour, il faudra quand même bien accepter que l’être humain ne change pas seul. Il a besoin d’incitation et de contrainte. J’entends déjà les personnes qui me disent « oui à l’incitation, non à la contrainte ». Ben, le problème, avec cette mentalité, c’est qu’on serait encore en train de rouler à 120 km/h avec 2 grammes d’alcool dans le sang sur les petites routes de campagne sans ceinture. On serait encore en train d’empoisonner les autres, enfants y compris, en fumant dans les espaces publics clos.

Lire la suite

Depuis le début de cette année, j’ai été amené à devoir utiliser Microsoft Teams pour des projets client. Et je ne peux m’empêcher de me poser la question : mais comment fait Microsoft pour faire un produit aussi médiocre ? La visioconférence marche moins bien que Zoom. Les discussions sont bien plus bordéliques que dans Slack. Impossible d’ouvrir les documents par défaut dans les applications Office de bureau. L’interface de gestion des fichiers est atroce.

Lire la suite