Philosophie de blog

Google Stadia est un service de jeu en ligne. Un des problèmes de ces services, c’est ce qu’on appelle le temps de latence : le délai entre le moment où l’on envoie un ordre (par exemple on appuie sur une touche pour tirer) et le moment où notre joueur tire réellement. La latence intervient dans les deux sens de la communication : à l’envoi des données de votre ordinateur vers le serveur, et lors de la réception des données du serveur sur votre ordinateur.

Vous avez sûrement entendu parler de la taxe Google News mise en place par nos gouvernements européens. L’idée est de faire payer Google à chaque fois qu’ils publient un très court extrait d’un article de presse. C’est pas con, pourquoi se contenter du beurre quand on peut se faire payer par la crémière pour prendre le beurre ? Ce que je veux mettre en avant aujourd’hui, à travers cet exemple, est qu’il ne s’agit pas du tout de faire payer Google pour une quelconque concurrence déloyale.

Le gouvernement lance régulièrement des initiatives pour former les jeunes aux métiers de demain. C’est bien, mais l’éducation ne résoudra pas le problème français de compétitivité dans le secteur des hautes technologies. Pourquoi ? Voici mon point de vue. Tout d’abord, ce n’est pas en enseignant trois lignes de code à des étudiants d’école de commerce qu’on fera l’avenir du pays. Ben non, parce que la programmation, en grande école, c’est comme la flûte au collège : (1) on l’enseigne, mais ça a peu de poids dans la note finale et (2) c’est vraiment emmerdant parce qu’impossible de masquer son niveau réel derrière du par cœur.

Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase. Pourtant, pour un athlète qui gagne une médaille d’or, des dizaines de milliers resteront anonymes. Pour un musicien qui devient millionnaire, il y en a des milliers qui ont à peine de quoi manger. Pour un acteur qui décroche le rôle principal d’une superproduction hollywoodienne, il y en a des millions qui ne joueront jamais dans aucun film. Pour une startup qui réussit, il y en a des dizaines qui meurent.

Lorsqu’on fait de la menuiserie, on s’aperçoit très rapidement de sa capacité ou non à réaliser un projet avec la qualité voulue. Suis-je capable de faire un assemblage tenon - mortaise propre ? Est-ce que mes pièces s’emboîtent parfaitement ? Y a-t-il du désaffleur ? Très vite, n’importe qui peut voir notre vrai niveau de compétence, même si un spécialiste verra bien plus de choses qu’un néophyte. Bien sûr, en menuiserie comme ailleurs, il est possible de « tricher » un peu ; utiliser des lamellos ou des dominos demande un apprentissage spécifique, mais au final cela requiert moins de savoir-faire et est plus rapide que de faire un assemblage classique.