La semaine dernière, quelqu’un a tweeté cette image1.

Storytelling Is Dead My Ass

Sincères condoléances, sans autre forme de procès et sans aucune autopsie le storytelling est déclaré mort et enterré. Par contre, c’est sûr, les affirmations gratuites sont bien vivantes, elles. Désolé pour ce monsieur, mais le storytelling est bien vivant, en pleine forme, et le sera tant qu’il y a des humains sur terre.

La preuve ? Chaque fois qu’un nouveau film est réalisé, le storytelling est vivant. Chaque fois qu’un livre est publié, le storytelling est vivant. Chaque fois qu’une histoire est racontée, le storytelling est vivant. Chaque fois qu’un bon orateur donne une présentation TED, le storytelling est vivant. Déclarer le storytelling mort pour créer un effet d’annonce est sans aucun doute provocant et attire l’attention —d’ailleurs cela a attiré la mienne— mais c’est tout simplement faux.

Le storytelling ne va pas disparaître car il est une partie intégrante de ce qui fait de nous des êtres humains. Depuis l’aube de l’humanité, depuis que nous avons acquis la capacité de communiquer et d’échanger par la parole, le storytelling a été présent. Pour simplement raconter des histoires, mais aussi pour transmettre notre savoir et nos valeurs morales. Même aux heures les plus sombres de l’humanité il y aura toujours des personnes pour raconter des histoires extraordinaires.

Le jour où le storytelling disparaîtra sera le jour où l’humanité disparaîtra.


  1. Le storytelling est mort, vive le storymaking [return]