Lifehacks

Depuis quelques mois, nous utilisons Zoom pour réaliser nos vidéoconférences. Cela fonctionne vraiment beaucoup mieux que Skype, en particulier pour les groupes de plusieurs personnes. Seulement voilà, la version gratuite de Zoom limite par défaut les vidéoconférences à 40 minutes maximum. Au-delà de ce délai, la communication est interrompue automatiquement. Mais si au lieu de considérer cela comme un problème, on considérait cela comme un avantage ? C’est exactement ce que nous faisons : la vidéoconférence dure 40 minutes.

Vous vous souvenez peut-être du truc que je donnais dans un ancien billet pour extraire les images, les photos et les vidéos d’un fichier PowerPoint ? Et bien si vous possédez un Mac vous avez de la chance : j’ai écrit un script AppleScript pour automatiser la tâche. Si vous êtes sur Windows, vous pouvez toujours utiliser la technique manuelle. Si vous vous intéressez à AppleScript, j’ai beaucoup commenté le code pour vous aider à comprendre comment le script fonctionne.

J’expliquais dans ce billet de blog pourquoi il faut toujours proposer trois créneaux lorsqu’on demande un rendez-vous. Cela évite de nombreux allers-retours d’email inutiles. Cependant depuis j’ai trouvé un système encore meilleur : youcanbook.me YouCanBookMe est une solution de réservation de rendez-vous en ligne. Plutôt que de donner trois dates, j’ai prédéfini les créneaux disponibles. Mon correspondant ayant plus de choix, il peut choisir le créneau qui lui convient le mieux.

Vous le savez, je suis un grand partisan de l’automatisation pour économiser du temps. Pourtant ce n’est pas vrai pour tout. Par exemple je fais mon café du matin à l’Aeropress, une méthode assez originale pour préparer le café. Chaque matin je mouds les grains de café à la main, je fais bouillir l’eau et j’utilise ensuite l’Aeropress pour faire le café. La solution automatique serait d’utiliser une machine à expresso à dosettes.

L’été dernier j’ai observé mes enfants jouer aux LEGO à 4 avec des amies. Ils ont passé des heures à inventer des histoires. Le truc, c’est que comme nous étions en vacances ils ne disposaient que d’un nombre limité de briques au lieu d’avoir à leur disposition leur immense bac à LEGO. Résultat : au lieu de perdre des heures à chercher la bonne pièce et à passer du temps à construire sans objectif et sans fin claire, ils ont utilisé le peu de pièces à leur disposition pour raconter des histoires et jouer ensemble.